Gemalto veut vous plumer

Pour ceux et celles qui ne connaîtrait pas Gemalto, c’est une multinationale du CAC40 et qui affiche 2 Milliards de $ de chiffre d’affaire, 10.000 employés et une croissance à deux chiffres. Ce résultat, et ceux attendus pour les années avenir doitvent se faire par tous les moyens, même si cette entreprise doit faire gober les plus grosses couleuvres aux peuples et aux gouvernements. Prenons deux exemples :

Le premier est le payement numérique. On devrait se dire qu’une si grosse entreprise doit faire les choses bien, pour le bonheur des consommateurs et des sociétés !

D’après ce que je lis dans les actualités et de la bouche de son PDG, Olivier Piou, Gemalto investit énormément dans la 4G, pour déployer sa solution de paiement sans contact. Stop!  Il faut expliquer aux gens qui ne sont pas informaticiens que pour faire un achat ou une vente hyper-sécurisée (mieux que les cartes à puce actuelles!), on a besoin de construire un petit message et sa signature électronique. Ce message doit contenir:

  • la date précise pour empêcher une double présentation d’une même transaction,
  • le montant (et la devise),
  • l’IBAN de l’acheteur,
  • l’IBAN du vendeur.

Prenons l’algorithme asymétrique ECDSA sur 512bits, la signature et son message ne représente pas plus de 800 octets, soit moins d’une page d’un e-mail textuel. Autant dire que c’est minuscule à coté des vidéo HD qui se baladent sur l’Internet et justement avec ce qu’offre la 4G. Une transaction bancaire peut très bien passer sur le vieux GSM, sans que le trafic ne soit perturbé. Bien entendu, si vous êtes « tradeur », vous voulez que votre transaction soit très vite exécutée, c’est même le jeu favori de construire de très très gros serveurs et de très très gros tuyaux pour que les ordres de virement arrivent avant ceux des autres. Mais si vous comme moi, vous ne voulez juste qu’un moyen de paiement numérique pour acheter ou vendre des vrais biens, pas pour spéculer, vous êtes près à attendre 1 à 5 secondes! Donc, NON, la 4G, ce n’est pas requis pour le paiement numérique. Gemalto veut nous refaire le coup commercial du SMS (Orange) qui taxait un message envoyé entre les trames et ne coûtant rien à l’opérateur.

Le plus fort, c’est que Gemalto veut nous faire croire qu’il est indispensable de passer par des services très complexes des opérateurs téléphonique (ce sont ces clients, normal qu’il défende leurs intérêts). Prenons un iPod, donc sans carte SIM, vous pouvez très bien envoyer ou recevoir des messages, des e-mails et donc des transactions financières (voir notre solution Ping-Pong-Cash), sans être connecté en permanence au Net. Dès que vous êtes sous un réseau Wifi, les transactions en attente sont effectuées.

Et si vous avez un smartphone, la transaction vérifie automatiquement par une petite requête la solvabilité de l’acheteur, sans aucun service supplémentaire dû à l’opérateur. c’est un simple e-mail. Si Gemalto vous disait qu’il vous fait désormais payer les e-mail, vous trouveriez sûrement cela étrange et vous ne vous abonneriez pas au service. C’est pourquoi il est important de ne pas nommer cela « e-mail », de ne rien expliquer sous prétexte que la protection de secret assure la sécurité de votre argent. Or c’est justement le contraire en informatique, et donc pour les lois qui régissent le Net. Pour une sécurité maximale, il serait plus adapté d’expliquer et de diffuser les algorithmes (OpenSource) et de ne pas avoir d’autorité centrale devant garder cachés des mots de passe. Enfin, selon les principes qui ont permis la réalisation de l’Internet, une transaction numérique financière ou pas doit toujours être absolument gratuite. On veut nous refaire un système de taxation à la transaction comme au temps du Minitel. Donc pour engranger les milliards, Gemalto est prêt à raconter les plus grosses absurdités, et à faire payer le pauvre citoyen pour quelque chose qui est selon nous un acquis démocratique. Si un imprimeur privé proposait de fabriquer des billets de banque pas cher en prenant un centime chaque fois que le billet passe d’une main à une autre, les états et les banques souveraines lui tomberait dessus. Or dans le numérique, c’est à peu près ce que veut faire Gemalto, et beaucoup d’observateurs semblent trouver cela normal, n’est ce pas une entreprise en pleine croissance, tournée vers l’avenir ?

Il faudrait que nous, citoyens nous nous réveillons un peu quand des multinationales nous endorment avec certaines contrevérités. Microsoft nous avait dit que la conception d’un système d’exploitation (OS) était très complexe et seulement à la portée d’une grande entreprise et donc que l’utilisateur final devait incontestablement acheter l’OS. Maintenant, grâce à Linux, on sait qu’un OS peut être construit et donné à tous, et parfois avec une meilleure qualité.

Gemalto propose aussi un Cloud qui passe par les opérateurs téléphoniques,..attendez vous que l’on dise un jour à l’utilisateur final que ce nouveau super service soit payant évidement, alors que l’avenir Open-Source passe selon nous par le redéploiement d’application P2P, l’opérateur de télécom n’intervenant que pour accéder au Net depuis des zones mal desservies en fibre ou en wifi.

Gemalto ne cache pas ses méthodes dites « virales » pour convaincre les populations. Le plus ignoble viendra quand pour recevoir une somme d’argent en numérique, le système vous obligera à créer un compte, et ainsi à cotiser au système. PayPal fait déjà cela.

Il faudrait qu’il y ait suffisamment de citoyens qui dénoncent ces abus en matière de numérique et réclament un service de paiement, simple gratuit et sécurisé…tiens tiens, c’est exactement ce que propose PingPongCash! …et nous n’avons aucun actionnaire à satisfaire. Notre objectif est d’aider l’internaute, de servir modestement ce que devrait être une démocratie à l’heure du numérique,…une exigence semble t-il secondaire pour Gemalto.

LF

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s