Le commoniste; un cro-magnon numérique

Toto Grossepierre est un homme de cro-magnon courageux, fort, rusé, rapide. C’est un nomade semble t-il heureux. Il conduit sa tribu vers des contrées inconnues, découvrant d’autres hommes aux meurs parfois étranges.

Par Elapied at fr.wikipedia [CC-BY-SA-2.0-fr (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/deed.en) ou CC-BY-SA-2.0-fr (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/deed.en)%5D, de Wikimedia Commons

Un jour, attiré par des bruits et des odeurs venant d’un petit village, il décide de s’approcher. Il découvre que des joyeux hommes et même des femmes (il sentait bien que leurs meurs étaient bizarres!) soigneusement habillés déposent sur des étalages des tas de fruits et de légumes fraichement récoltés. Surpris que cette population ne l’accueille pas avec des cris de guerre et quelques lancés de flèches, et devant ce don venu du ciel, il appelle aussitôt toute sa tribu pour leur ordonner, c’est lui le chef, de prendre les denrées gentiment offertes par ces inconnus.

Mais les locaux ne semblent pas approuver les méthodes de Toto quand ses troupes repartent avec un maximum de victuailles, comme si ces étrangers attendaient quelque chose en échange. Toto pousse alors son cris de guerre, prouvant qu’il est toujours le maitre de toutes les bêtes sauvages qu’il a jamais rencontré et qui oseraient le menacer. Cette démonstration devrait servir à ces gens peu courageux et les disuader d’en découdre.

De retour à son campement, Toto se dit que ces gens était bien tordus à ne pas vouloir nourrir sa tribu. Si notre mère Terre nous a donné tous ces fruits et tous ces légumes, c’est pour les partager. Comme c’est un bon chef, il fait quelques dons de ces trouvailles à ceux de sa tribu qui sont moins fort que lui….quelle générosité ! quelle compassion ! quelle sagesse ! Toto est un vrai démocrate de la préhistoire !

Il retourne tous les jours au village, et s’aperçoit au bout d’un mois que les gens ont déserté, il n’y a plus aucune denrée alimentaire à prendre. Etrange !, au fond de lui, Toto le savait bien, on ne pouvait pas faire confiance à ces gens là, ces « marchands » comme ils se nommaient.

Toto Geekcom est un descendant très très lointain de Toto Groosepierre. C’est un gars de la génération Y. Il n’a plus de CD, plus de DVD et plus aucun livres papiers chez lui, trop ringard. Il prend tout sur Tinternet. Un jour il découvre un site de partage non marchand en TitTorrent; (T412). Plein de super films, musiques, BD,…Il lance un maximum de Torrents pour divertir et cultiver sa petite famille…car il sait que la Culture, c’est important.

Il reçoit deux ou trois t-mail de la Tadopi qui lui dit que c’est illégal de partager de tels biens. Quoi ! elle est bien bonne celle la ! lui le « geek », il sait que « copier c’est partager » et que sur Tinternet, on ne peut empêcher la copie, c’est comme cela, le réseau Tinternet a été fait par des hippies barbus comme cela dès le départ. Ils voudraient nous refiler du Tinitel se dit-il. En plus, qu’est ce qu’on lui reproche à lui Toto Geekcom ? il ne les vends pas ces films téléchargés. Sa cousine, qui fait des études d’Art lui a dit que l’Art devait être diffusé le plus possible et au peuple, riches ou pauvres. C’est bien ce qu’il fait…il se dit qu’il devrait même recevoir un petit revenu pour cela. Les Tafa touchent des milliards en pub, alors quelques euros pour Toto, cela serait cool ! Pour fêter cette idée, il ajoute quelques trouvailles numériques d’artistes peu connus sur sa box Tree et monte un serveur immédiatement visible de Toogle.

Un jour, il entend à la radio qu’au prix d’une longue bataille juridique et politique, les députés européens ont légalisé le partage non marchand. Enfin ce dit il, ils ont mis du temps à comprendre ces fonctionnaires ! Au moins, lui Toto ne sera plus ennuyé par ces t-mails de la Tadopi. C’est la crise économique, la moitié des actifs comme Toto sont au chômage. Mais que peut-il y faire, c’est la faute des multi-nationales, de la finance et de l’euro. Au moins sur Tinternet, comme tout est gratuit, on est pas pollué par la marchandisation, par l’ultra-libéralisme ! C’est marrant, il pense a ce mec qui dans les années 2015, avait voulu « vendre » des biens immatériels culturels, un truc incompréhensible avec des calculs partout. Il se croyait malin, mais heureusement, avec la légalisation du piratage, son système n’a pas tenu long feu.

Les années passent et Toto trouve que Tinternet est de plus en plus envahi de publicités qui passent même avec AB++ installé sur son navigateur Tozilla. Il milite alors dans le collectif SavoirsComT pour dénoncer ces pubs. Le secrétaire général, un bibliothécaire expert en Droit, lui dit que la pub permet de rémunérer les créateurs de biens, pas tous, 5%, mais c’est mieux que rien ! Toto demande alors pourquoi la Rémunération Proportionnelle au Partage, proposée par la Tadopi, ne rapport-elle pas des milliards comme prévu ? Personne ne semble avoir la réponse. Il décide alors d’écrire au ministère de Tinternet et reçoit un t-mail qui l’informe que la RPP n’est plus active car les Tafa préfèrent soutenir directement les artistes plutôt que de passer par les administrations publiques françaises. Mais rassurez vous monsieur Geekcom, un projet de loi de Contribution Créative est à l’étude au plus haut niveau de l’État Français. Le ministère de Tinternet y travaille.

Curieux et agacé de cette pub sur Tinternet, Toto va voir le gourou Trouzet. Après un voyage en Inde, ce sage de Tinternet lui vente les bienfaits du Don, qui libère les hommes et les femmes. Top de top ! se dit Toto. Il rentre chez lui avec une super idée !

Cela fait des mois que Toto bosse comme un fou sur un projet Open-Source et il doit sortir une appli TiOS, mais il n’a qu’un vieux Tell pourri sous Tinux. Il décide alors de demander qu’on lui « donne » un super TiMac 27 pouces à 1800€ ! puisque Trouzet affirme que le don fonctionne à merveille sur Internet.

(C) Apple

(C) Tapple TiMac 27 pouces

Il le mérite bien ce beau TiMac, lui qui a passé des nuits à programmer gratos, pour la communauté, pour sa renommée !

Les jours, les semaines, les mois passent et enfin, il reçoit un virement de 1800€, en un seul don! Waouh ! Super généreux ce donateur, cela valais vraiment le coût d’attendre ! Tient, il a reçu aussi un t-mail de sa maman !

Mon Chéri !, j’arrive enfin à envoyer des t-mails et à naviguer sur Tinternet. J’ai vu sur ton Tlog que tu avais besoin d’un TiMac, alors je t’ai envoyé un chèque de 1800€…bon c’est une avance sur ton Anniversaire. Sois sage ! signé: Ta Maman qui t’aime.

Bof !, cela marche pas super bien les dons du père Trouzet se dit Toto. Mais l’important, c’est qu’il ait un TiMac. Sa mère a reçu récemment un gros héritage, elle peut bien lui en faire profiter. C’est comme ces classes dans la société indienne dont lui parlait Trouzet, tu hérites de la caste de tes parents. C’est cool si t’es chez les riches !

Toto est un militant actif des commonistes, comme son père, son grand père…cela semble remonter à la préhistoire. Il se sait plus trop ce que c’est….enfin si, il connait les arguments pour dénoncer l’hyper-capitalisme, la Finance abusive, les États tortionnaires, mais ce qui est cool, c’est que les commonistes font souvent des fêtes, on vient avec ce que l’on a sous la main, il n’y a pas d’argent échangé. Les gens discutent, rigolent, s’échangent des films…c’est plus simple à faire dans son canapé, mais c’est le coté entraide, partage, anti-marchandisation, don de soi, de son temps qui plait à Toto. Il y a même des artistes dans le groupe. Ils ne roulent pas sur l’or, c’est évident, mais peut être qu’un jour l’un d’entre eux sera milliardaire, repéré par les Tafa, il engendrera plein de pub. Cela a toujours été comme cela la vie d’artiste; la galère et la gloire en rêve. Toto ne voit pas en quoi le numérique changerait cela. C’est écrit.

Attention, le commonisme sur Tinternet, c’est du sérieux. Il y a des universitaires, comme le professeur Taigrain, qui vient faire des conférences de temps en temps.

Depuis quelques temps, on ne retrouve plus trop de nouveauté culturelles sur Tinternet. Il y a beaucoup de remix, comme les artistes ont l’obligation d’avoir un taff pour manger et peu de temps libre. Du coup, Toto commence à délaisser Tinternet. Il préfère maintenant les matchs de foot. Au moins c’est vivant, c’est physique.

Quelques années plus tard, la guerre civile éclate et se propage en Europe. Les banques ferment tous les comptes. Heureusement, Toto a retrouvé un « job », il est pilote de drone de chasse pour l’armée europeenne,…un peu comme son ancêtre Toto GrossePierre qui chassait et cueillait ce que lui offrait notre mère Nature.

Merci Tinternet !

Ceci est bien entendu sous licence libre C0 et j’invite tout lecteur, avec surement  plus d’imagination que moi, à poursuivre les Aventures de Toto sur Tinternet, aux pays des commonistes.

Advertisements

2 réflexions au sujet de « Le commoniste; un cro-magnon numérique »

  1. la métaphore était intéressante sur 2 lignes, mais un article entier montre qu’elle ne tient pas la route… Taper sur ceux qui cherchent des solutions n’est pas la solution.
    Quant à imaginer que les débat sur le droit d’auteur déclenche une guerre civile…

    Les ados qui téléchargent tout ce qui passent sont peut-être aussi bête que ça, mais d’une part ils sont jeunes et ont le droit d’apprendre, et d’autre part ce n’est pas comme s’ils étaient en position de financer des auteurs avec leur revenu.

    Les commonistes que je connait sont des gens qui ont réfléchi à la question, qui connaissent le droit d’auteur mieux que beaucoup d’autres, qui cherche des solutions légales pour « implémenter » leurs idées dans le droit actuel (comme les « creatives commons » par exemple) et rémunérer les auteurs (beaucoup sont auteurs eux-même).

    Le partage marchand et le système des « ⊔ » est intéressant en ce qu’il ferait une synthèse entre les abus du copyright et les limites d’un système basé uniquement sur le don. Mais pour exister il va devoir s’appuyer sur les travaux des commonistes. Par exemple dans le droit actuel, l’œuvre qui est complètement payer via les ⊔ ne peut pas tomber dans le domaine public : il faudra surement lui donner une licence Creative common zero.

    Donc plutôt que prendre du temps à écrire des articles aussi simplistes, il vaudrait mieux passer du temps à coder une proposition qui tient la route. De cette manière des auteurs pourront commencer à l’utiliser, et l’idée se diffusera à partir de son usage, pas à partir de querelles stériles…

    Merci quand même !

    • Merci pour votre réaction.
      Justement, je n’est pas l’impression qu’ils cherchent vraiment des solutions, mais plutôt à se mettre dans l’opposition systématique à l’Industrie Culturelle, histoire de bien bloquer toute avancée pendant 20 ans.
      Ne pas trop sous-estimer la nuisance provoquée par des institutions qui se mettent à dos sa jeunesse pour un détail, la culture sur le Net, mais avec les inégalités générationnelles, le chômage, cela peut dégénérer en un refus complet de l’autorité publique…je ne suis pas historien, mais certains analystes disent que des conditions similaires à l’Allemagne des années 30 sont réunies et on sait ce que cela a donné.
      Que les ados soit fauchés, mais justement, avec le Partage Marchand, ils seraient automatiquement remboursés car ce ne sont pas les plus gros consommateurs de la longue traine (le + risqué). Ce serait mieux pour leur porte monnaie que de payer iTunes. Après, comme il n’y aura plus de DRM, les vraiments fauchés pourront toujours pirater, mais ce n’est pas très « partageur ».
      Discutons avec les commonistes, mais il y a un préalable: Que Internet existe, impose certaines contraintes au Droit (voir wikipedia bien immatériel), et non l’inverse, un arsenal légal inventé au XIX siècle qui dicterait la loi de gravitation d’une pierre dans le numérique.
      Il y a un Droit numérique à construire, reconnaitre la Mobiquité pour le consommateur et aussi la notion d’i-vol. Sur le « domaine public », il faudra peut être trouver un autre nom, justement sans référence « matérielle ». Je n’ai pas trouvé mieux pour dire que le bien était gratuit. Le droit moral de paternité s’exerce toujours. mais la notion d’ayant droit n’a pas de sens sur Internet.
      Je suis peut être un démocrate radical, je ne veux pas de compromis de type « site payant légal avec pleins d’intermédiaires historiques, revenus non transparents ».
      Il me semble avoir mieux compris le Net que certains commonistes, et je demande qu’ils me prouvent le contraire.
      Ne vous inquiétez pas, je code:
      https://github.com/pelinquin/pingpongcash/blob/master/node.py
      mais cela fait du bien de raconter quelques histoires.
      …et puis l’entreprise est surement trop grande pour un seul homme et j’aimerais bien que des gens la reprennent.
      Une spécification est https://cupfoundation.wordpress.com/2014/02/20/protocole/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s