Piratage de proximité, Partage Marchand et RPP

Voici une très bonne nouvelle venant des chercheurs du labo M@rsouin,(J’étais invité à un séminaire de ce labo en Mai, mais je ne pourrai malheureusement pas y aller) et beaucoup d’observateurs du Net diront que ce n’est pas nouveau, tout le monde le sait :

Le piratage de proximité se porte bien et de plus, ce marché s’apparente très fortement au marché de produits matériels illicites tel que la drogue.

Voir l’entretien, et le papier.

By Harco Rutgers from Deventer, Netherlands [CC-BY-SA-2.0]

Pourquoi est-ce une bonne nouvelle ?

Parce que cela signifie que l’ampleur de la pratique du piratage est très très largement sous-évaluée par la Hadopi, et on pourrait même dire par les industries culturelles si elles étaient de bonne foi, ce qui est peu vraisemblable ! Or il faut le dire en long et en large: aucun système répressif ne pourra empêcher de se prêter et de transporter/échanger localement des clés USB (plus souvent des disques dur !).

Bien évidemment que les jeunes et les moins jeunes veulent partager leurs préférences culturelles et tant qu’on ne leur offrira qu’un système dit « légal » qui reste injuste dans la fonction même du prix élevé et fixe des biens immatériels, les citoyens partageront, quitte à pratiquer des échanges physiques comme au bon vieux temps des k7 de Commodore64…désolé, c’est ma petite larme nostalgique !

Mais alors, il n’y a pas de solution, rien à faire ?…et si… Comparons la solution de la Hadopi à celle du Partage Marchand;

  • La Hadopi évalue actuellement la RPP, mais la validité du modèle devra être confirmée (voir les hésitations légitimes de Loic Baud !) par un labo de INRIA/CentraleParisTech, qui recherche encore le  postdoc et le chercheur pour réaliser le modèle ! Cette Hadopi recherche aussi un scientifique pour compléter le travail en interne, mais visiblement, l’institution a déjà publié les résultats dans le presse. Il faut dire que la DREV est dirigée par une très jeune scientifique diplômée de l’X, major de l’ENS, Doctoresse à 24 ans, HDR à 28 ans, experte du Net, reconnue mondialement pour ses papiers…aucun copinage politique, pour une autorité publique financée par nos impôts ! Sur le fond, la RPP préconise la légalisation du partage non marchand, ce qui correspond assez bien aux politiques de légalisation de la drogue pour résorber le marché. Autant, cela peut se justifier pour des produits dangereux pour la santé et donc qui coûtent chers à la sécurité sociale, donc à la société. On ne va pas pleurer parce qu’un dealer de drogue se retrouverait au chômage par une décision de légalisation de sa came. Autant pour les biens immatériels culturel, je ne crois pas que cela porte atteinte à la santé de nos concitoyens, ou alors dans le bon sens, en les éloignant de l’idée de se faire la guerre. Mais alors, si la RPP tue et assèche le marché de la culture numérique, comment compte-elle financer les créateurs ? Il n’y a aucun miracle et puisque qu’elle se résigne à ne pas demander une contribution à l’internaute (abonnement type Licence Globale), alors c’est bien la publicité qui finance. Quand vous achetez 10€ un tee-shirt qui n’en coûte que 60 centimes en fabrication, il y de la marge pour financer des campagnes de pub grandioses et vous pouvez aussi payer la publicité du dernier Musso placardé sur tous les bus. Mais, réfléchissons, avec le Net, pour consommer des biens culturels, pourquoi aurions nous besoin de publicité ? On ne regarde pas la télévision ! Quand les annonceurs et leurs clients réaliseront que le Net n’est pas rentable comme support publicitaire, la source magique de revenu risque de se tarir rapidement. On peut théoriquement construire un modèle économique avec une sur-facturation des biens matériels pour financer les biens immatériels, mais cela ne pourra rémunérer que la minorité qui joue le jeux du star-système et de la concentration…très loin des idéaux de diversité culturelle et de rémunération équitable.
  • Le Partage Marchand a une autre approche; celle de dire aux jeunes qui piratent en proximité. Écoutez… imaginez un système bien plus simple et plus confortable car sans échange physique, (tout se passe sur un Cloud open-sosurce !) sans prise de tête pour savoir si cela tient sur un HD d’1To ou pas. Vous achetez un bien immatériel culturel quelques euros ou centimes (environ 1/10 des prix actuels des plateformes dite légales) et plus vous êtes nombreux sur le même bien, plus vous serez remboursés. Pour les gros tubs, ils seront même gratuits, les premiers ayant payé environs 10 centimes pour financer l’auteur. De plus, sachez que tout votre argent va seulement aux créateurs, jamais aux intermédiaires. Vous partagez vraiment vos achats avec vos amis et les coûts avec les créateurs, qui pourront s’ils le veulent, vous envoyer un message (plus sympa qu’une facture iTunes ou Amazon !). Le payement se fera directement avec votre téléphone, pas besoin de CB. Vu la taille du piratage de proximité, cela veut dire qu’il y a un énorme potentiel de marché équitable, et donc un fort potentiel de création d’emplois d’artistes sur le Net,…personnes qui sont pour une part les mêmes jeunes pirates. Non seulement rien n’est demandé à la publicité, ni aux industries culturelles, mais ce Partage Marchand favorise un artisanat numérique des plus sains et des plus démocratiques. Comme votre achat est enregistré sur une DHT publique (une signature électronique en fait), plus de soucis pour sauvegarder vos choix numériques, le droit de Mobiquité impose que vous puissiez les retrouver sur n’importe quel device, toute votre vie. Avec ce système, vous pouvez encore vous échanger des fichiers anonymes, mais cela va vite devenir ringard. Tout le monde saura que vous êtes rapiat à financer quelques centimes pour tel artistes, à moins que justement, un artiste bourré aux as, abuse et demande des revenus trop importants, alors oui, piratez pour montrer votre désapprobation.

Je sais ce que l’on va me dire…qu’est ce que vous attendez pour sortir votre système ? …j’y travaille et toutes les bonnes volontés sont acceptées pour m’aider. Précisons que cela m’aide aussi de vouloir critiquer/casser/démonter le système, car cela le rend plus robuste. Seule l’indifférence ne m’aide pas…et la légalisation du Partage non Marchand qui serait son arrêt de mort, mais il parait que je m’inquiète trop, que la Hadopi n’arrivera pas à sortir le RPP!

Je risque de m’attirer les foudres d’Eric Walter, le secrétaire général de la Hadopi. Je ne pense pas car il ne lit que les messages de moins de 140 caractères et vu son salaire, il ne va pas s’abaisser à venir sur mon blog !

LF

 

Advertisements

5 réflexions au sujet de « Piratage de proximité, Partage Marchand et RPP »

  1. Là c’est le ton juste ! Un potentiel de partage jamais vu (et équitable) se cache derrière le partage marchand, et ça saute aux yeux

  2. Ping : Merci Menbiens | ⊔Foundation

  3. Ping : Coût marginal nul ou presque nul ? | ⊔Foundation

  4. Ping : Le Revenu-Jeune | ⊔Foundation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s