De l’argent super liquide pour un début de revenu de base

Le projet eurofranc 2015 est la mise à disposition à 50 Millions de citoyens d’une monnaie entièrement numérique et dont la masse monétaire est exclusivement répartie équitablement. Il n’y a pas de banque centrale possédant une « planche à billets » qui alimenterait des banques privées. Coté usagé, un simple téléphone portable (connectable au Net) remplace les billets, pièces, chèques et cartes bleues, avec multiples avantages :

By Nicholas Gemini (Own work) [CC-BY-SA-3.0]

  • Les pièces et les billets sont couteux à produire, il faut les changer régulièrement, leur fiabilité est toute relative car les faussaires sont de mieux en mieux équipés.
  • Un chèque papier coute environ 0.8€ à son traitement, et les français en font chacun plus de 50 par an !
  • L’usager doit avoir un stock de monnaie, lourd, pas toujours au bon endroit, d’un montant trop élevé ou au contraire, pas assez élevé.
  • Les commerçant doivent rendre la monnaie, toucher des pièces (peu hygiénique !)
  • Les distributeurs de billets coutent très cher d’entretien pour les banques, qui le re-facturent d’une façon ou d’une autre aux usagers. Les convoyages de fond ont des assurances coutant de plus en plus cher.
  • Les distributeurs ne sont pas toujours au bon endroit, à la campagne, en montagne, et fournis en billets, gratuits si ce n’est pas la bonne banque, alors que la couverture sur le territoire GSM du téléphone est presque totale.
  • Il est bien connu que les pièces et les billets se perdent et se font volés.
  • Pièces et billets thésaurisés ne répondent pas au besoin d’argent pour les échanges économiques. C’est de l’argent mort.
  • La carte bleue est rarement gratuite pour l’usager et toujours très couteuse pour le commerçant. Toutes les transactions VISA/Mastercard/Paypal sont tributaires de sociétés privées américaines, même pour acheter votre pain dans votre village.
  • La sécurité des cartes bleue est d’une technologie très ancienne et très peu pratique pour acheter sur Internet. Les SMS de code envoyés rajoutent des contraintes utilisateurs inutiles.
  • Les cartes bleues étant adossées à des comptes pouvant être débiteurs, les banques tirent des bénéfices en agios et divers frais. Il n’y a aucune barrière pour se retrouver interdit bancaire et fiché à la Banque de France. Les plus faibles sont les premières victimes.

A quoi nous sert l’argent dit liquide ?

Le liquide à par définition une très forte disponibilité. Il est utilisé pour acheter les biens quotidiens courants, jamais pour spéculer ni pour acheter une maison, ni même (cas normal !) une voiture. Aucun intérêt ne peut être gagné, et donc en période d’inflation, le liquide perd de la valeur dans le temps, il faut s’en débarrasser et avoir un solde de compte le plus bas possible. Autre conséquence, il lubrifie l’économie réelle, de personnes à personnes (LeBonCoin) et souvent locale (Artisanat).

Nous remarquons que l’argent liquide est véritablement celui que l’on désire pour un revenu de base. La version numérique corrige les défauts des pièces et billets, chèque et carte bleu.

Mais revenons sur l’idée du Revenu de Base que nous aimerions voir généralisé à l’Europe. Si ce revenu est réglé en Euro, alors il n’y a aucune barrière à ce qu’il soit utilisé pour spéculer, pour épargner…il n’y a alors strictement aucune différence avec les euros touchés par un salaire. L’écologie, les circuits courts, l’artisanat, ne sont en rien avantagés. Il y a de plus opposition directe à la prérogative de la BCE de créer elle seule de la masse monétaire. Une telle révolution demandera l’adhésion du Parlement européen et de la Commission Européenne. Sous la pression des lobbys financiers, il est fort à parier que le projet est perdu d’avance ou repoussé après 2030.

Si au contraire, on distingue l’euro possiblement spéculatif (de la BCE) et une autre monnaie (monnaie libre) dont la construction empêche toute spéculation, alors ni la BCE ni les instances européennes ne peuvent s’y opposer.

Il faut choisir la bonne granularité pour une telle monnaie complémentaire et il faut que la communauté choisie est en commun une politique, une fiscalité et un statut démocratique cohérent. La nation semble être le bon niveau, mais absolument pas pour des arguments nationalistes, patriotiques, culturels, historiques.

Trop petit, un sel, une monnaie locale est exclusive de ses voisins qui pourtant ont les mêmes règles économiques, fiscales, éducatives,…

L’Eurofranc ne favorise t-il pas un protectionnisme ?

L’enjeu est d’abord de se protéger des joueurs de Casino que sont les traideurs des banques. leur montrer qu’une monnaie moderne et (encore plus) démocratique peut générer de la croissance sans leur intervention. Comme le dit la proposition du parti Nouvelle Donne, les fournisseurs étrangers pourront toujours être payé en Euro, moyennant une légère taxe de conversion Eurofranc vers Euro. Donc, en conséquence, il y a un léger favoritisme à des échanges nationaux, mais ce n’est pas le premier objectif. Si les pays voisins de la France adoptent eux aussi leur monnaie complémentaire avec un montant de Revenu de Base correspondant à leur économie, il n’est pas exclu qu’une convertibilité numérique soit possible à terme. Quand les niveaux de vie européens seront comparables, alors la généralisation à l’Europe sera évidente, mais en attendant, par pragmatisme, ne faut-il pas mieux réussir une monnaie complémentaire proposant un début de revenu de Base pour seulement 50 Millions de citoyens ?

photo

Rappelons que l’Eurofranc de l’association du même nom n’est financé ni par l’impôt, ni par la TVA, ni par les marchés financiers. Elle diffère donc de la proposition du parti Force Vie. Le Parti Pirate et EELV ne semblent pas se prononcer sur le mode de financement du Revenu de base, on est donc encore en phase exploratoire !

Puisque le montant versé en Eurofranc est relativement modeste (150€f fin 2015) et progressif, il ne devrait pas engendrer d’inflation et il devrait servir surtout d’argent liquide, par exemple pour acheter des fruits et des légumes bio et de pas détériorer notre encore bonne alimentation. Il n’y aurait pas non plus de risque d’exploitation à ne pas payer ou à moins payer les travailleurs. Si l’on suit la logique de certains partis comme le PartiPirate, un revenu de base justifierait que la société ne paye pas les artistes qui produisent en numérique, sous prétexte que la copie (le piratage) ne peut être empêchée. Nous avons montré avec le Partage Marchand qu’une nouvelle économie numérique pouvait être génératrice de croissance écologique, de progrès social, de temps libre, mais qu’il ne fallait surtout pas légaliser le partage non marchand. Certains prônent même une baisse des salaires pour justifier un revenu de base. Ce serait un retour brutal et très fortement inégalitaire à une économie uniquement basée sur le patrimoine, la rente et donc l’héritage. S’il y a bien une avancée démocratique à protéger, c’est bien le droit à un travail rémunérateur, fonction de son mérite, son effort, ses compétences et pas de la situation accumulée par PapaMaman. Le Revenu de Base voulu par certains ‘penseurs’ du « changement de paradigme » cache en fait une régression démocratique des plus sévères. Aussi, dans l’association EuroFranc, nous entendons instaurer un début de revenu de base pour dynamiser l’économie, mais sans donner des arguments aux employeurs pour baisser les salaires, voire pour demander des travailleurs gratuits comme l’envisagent certains extrémistes du revenu de base à plus de 700€. Le comble est qu’en supprimant un RSA et diverses prestations familiales, un tel RdB favoriserait les plus riches, car il est par définition inconditionnel.

A l’heure du numérique, il faut réaffirmer qu’un bien immatériel, qu’autrui peut copier facilement, doit être protégé (Partage Marchand) de la dictature de la gratuité car il est le fruit d’un travail réel et légitime d’un individu. Le reconnaitre et bien payer les artistes au XXIe siècle serait une bonne marque de progrès démocratique, alors NON à la « manche numérique », un artiste doit pourvoir toucher plus qu’un revenu de base.

Revenons à notre monnaie numérique.

Si je perds ou me fait volé mon téléphone portable !

J’ai longuement réfléchi au problème pour aboutir à la conclusion simple suivante: L’usager se crée localement une transaction (un chèque numérique en fait), qui n’est pas envoyée sur le Net (pas encaissée), vers une i-bank de son choix et d’un montant correspondant au maximum pouvant être mis sur son compte. Ce petit fichier est à garder chez soi.

Si je constate qu’on m’a volé mon téléphone, alors il suffit d’envoyer le fichier sur le Net (un site web assurera cela). Le compte ainsi vidé ne servira à rien pour le voleur. On peut alors créer un nouveau compte avec son nouveau téléphone et demander à l’i-bank de rétablir la somme virée. Si ce compte était un compte principal (unique), validé par l’administration pour recevoir le RdD, alors il sera nécessaire de retourner voir les services de la Mairie pour associer son identité au nouveau compte pour que le revenu ne soit pas versé sur le compte du téléphone volé, en supposant que voleur arrive à casser le mot de passe du chiffrage AES256. Le système informatique assure l’unicité; aucun individu déclaré ne peut avoir deux comptes principaux recevant un RdB. Enfin, si aucun chèque numérique n’a été généré, le solde sur le compte est effectivement bloqué et perdu à jamais ! C’est la contrepartie d’avoir un système basé sur la responsabilité du citoyen et non sur une administration centrale corruptible. Même la NSA ne pourra pas récupérer cet argent. Ne n’est en fait qu’une micro somme de la masse monétaire qui ne serait en fait pas utilisée, donc comme si elle n’avait jamais été créée; aucune incidence économique.

J’évoquerai dans un autre billet un attribut très pratique; l’âge du citoyen, pour verser un revenu potentiellement différentiateur en fonction de l’âge, et pourquoi pas, commencer à verser un petit revenu de base aux enfants ou favoriser une tranche d’âge pour rétro-agir sur les données de l’INSEE …faire de la vrai politique économique !

LF

Publicités

Une réflexion au sujet de « De l’argent super liquide pour un début de revenu de base »

  1. Ping : De l'argent super liquide pour un début ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s